Montréal, le 21 mars 2024 – Alors que le gouvernement du Québec planifie de réaliser des projets de transport collectif d’envergure dans les prochaines années, un rapport du Centre sur la productivité et la prospérité Fondation Walter J. Somers (CPP) publié aujourd’hui démontre que les dizaines de milliards de dollars investis ne sont pas toujours pleinement justifiés et que ces projets ne sont pas conformes aux meilleures pratiques reconnues mondialement.

« Plusieurs grands projets de transport collectif au Québec connaissent des ratées importantes en raison d’enjeux de gouvernance et d’un manque de planification, affirme Jacques Roy, professeur titulaire au département de gestion des opérations et de la logistique à HEC Montréal et auteur de l’étude. Que ce soit à Montréal, à Québec ou à Gatineau, les Québécois sont en droit de s’inquiéter. On peut d’ailleurs penser au projet du REM dont la première phase a été livrée avec trois ans de retard et des coûts évalués à près de 8 milliards de dollars, soit 45 % de plus que ce qui avait été prévu initialement. »