Voir en ligne
Le bulletin

Le 11 septembre 2018 – Dans un contexte où les tractations qui entourent la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) font naître de vives inquiétudes de ce côté-ci de la frontière, on en vient à questionner la capacité du Canada à affronter la concurrence : l’économie canadienne est-elle fragile à un point où l’imposition de barrières commerciales menace la pérennité de plusieurs secteurs d’activité ? Le taux de change ne procure-t-il pas un avantage commercial suffisamment important pour compenser la venue de telles barrières?

Pour tenter de mieux comprendre les enjeux qui sous-tendent la renégociation de l’ALENA, le CPP s’est donné pour mandat d’évaluer l’évolution de la compétitivité des industries canadiennes par rapport à leur équivalent américain. De manière générale, les résultats obtenus démontrent que les gains de productivité ont souvent été trop faibles pour que les industries canadiennes préservent la compétitivité de leur production lorsque le dollar s’est apprécié. Faute d’avoir investi suffisamment, des pans entiers de l’économie ont été fragilisés et plusieurs secteurs semblent désormais vulnérables à l’imposition de barrières tarifaires même si le taux de change leur procure de nouveau un avantage commercial non négligeable.

Le constat final est donc sans équivoque : pour assurer la compétitivité de leur production, les entreprises canadiennes devront impérativement miser sur la productivité, un des seuls leviers à leur disposition pour accroître leur résilience face à des facteurs qui échappent à leur contrôle.

Téléchargez l’étude pour en apprendre davantage.

514 340-6449
info.cpp@hec.ca
www.hec.ca/cpp