Voir en ligne
Le bulletin


Montréal, le 5 décembre 2017 – Alors que la baisse de la rentabilité de Loto-Québec est généralement justifiée par une diminution de la demande et par les efforts déployés pour assurer une commercialisation responsable des jeux de hasard, une analyse en profondeur de la performance de la société d’État met en lumière un problème de productivité. Voilà le principal constat tiré d’une étude dévoilée hier par le Centre sur la productivité et la prospérité – Fondation Walter J. Somers de HEC Montréal (CPP).

« En parcourant les états financiers de Loto-Québec, il apparaît que la capacité de la société d’État à dégager des bénéfices a effectivement été fragilisée par un contexte difficile, confirme Robert Gagné, directeur du CPP. Mais, en poussant l’analyse au-delà des données brutes présentées dans les rapports annuels, on constate que Loto-Québec n’a pas été en mesure d’atténuer la pression sur sa rentabilité par des gains de productivité. Désormais, la société dégage un bénéfice net réel largement inférieur à celui affiché au milieu des années 2000, ce qui représente un important manque à gagner pour le gouvernement du Québec. »

Téléchargez l’étude pour en apprendre davantage.

514 340-6449
info.cpp@hec.ca
www.hec.ca/cpp